Mayenne bois énergie fête ses 10 ans

L’entreprise coopérative basée à Parigné-sur-Braye (Nord-Mayenne) alimente aujourd’hui 36 chaufferies dans le département. Elle planche aussi sur un label national Bois bocager géré durablement.


Ils voulaient créer une filière bois énergie locale, ils ont visiblement réussi. Ils, c’est d’abord un « collectif d’élus, de citoyens, d’agriculteurs et d’acteurs locaux engagés », présente Emmanuel Lelièvre, président de la société coopérative d’intérêt collectif (Scic) Mayenne bois énergie, dont le siège est basé à Parigné-sur-Braye (Nord-Mayenne).

Concrètement, aujourd’hui, Mayenne bois énergie, qui emploie cinq salariés, achète majoritairement du bois auprès de 150 agriculteurs mayennais.

« Nous sommes aussi en lien avec des forestiers et des structures d’insertion. »

Ce bois est déchiqueté (si besoin), stocké et séché dans onze plateformes différentes, avant d’être revendu pour alimenter 36 chaufferies du département.

« 800 km de haies bocagères entretenues »

En 2018, avec 4 500 tonnes de bois sec écoulées, elle chauffe ainsi des bâtiments communaux, des équipements communautaires, tel que le nouveau centre aquatique de Mayenne, des établissements scolaires… Et quelques entreprises et particuliers. Dans toute la Mayenne.

Depuis la création, « notre objectif est resté intact : fournir une énergie locale, gérée durablement, dans une démarche de circuit court et de commerce équitable ». Avec le souci de préserver les paysages. « Nous avons donné une valeur économique au bois bocage. » En dix ans, « nous avons acheté pour 1,5 million d’euros de bois. Ça représente aussi 800 km de haies bocagères entretenues. ».

La création d’un label en juin

Mayenne bois énergie participe à l’économie locale. Mais la coopérative est aussi au cœur de l’économie sociale et solidaire.

« Les capitaux de départ sont majoritairement citoyens »,

rappelle le président.

La société peut aussi compter sur le soutien des conseils régional et départemental, mais aussi des communautés de communes.

Ce qui lui a permis de passer un mauvais cap, en 2012, et de « cumuler, depuis, des résultats positifs ». Enterrant définitivement le déficit de 150 000 €, en 2017. Pour autant, la situation financière reste fragile.

Pour « gagner encore en reconnaissance, capter plus facilement les marchés et justifier nos prix », plus hauts que leurs concurrents, Mayenne bois énergie planche et investit depuis 2016 sur la création d’un label national Bois bocager géré durablement, en lien avec, entre autres, le ministère de l’Agriculture.

« Les premières labellisations sont espérées pour septembre. Une cinquantaine d’agriculteurs sont prêts à se lancer. »

Pour annoncer ces bonnes nouvelles et « fêter ses dix ans », Mayenne bois énergie organise une soirée. Olivier Richefou, président du Département et Laurent Gérault, vice-président de la commission environnement au conseil régional sont notamment attendus. Un film et une conférence gesticulée autour de la transition énergétique seront proposés.

Jeudi 28 mars, à partir de 20 h, au centre de rencontres de Saint-Berthevin. Entrée libre.

Source : Ouest-France, 26/03/2019

Contact